Livre de Sylvie Ducas

Une manière de réanimer ce site. Un livre important sur les prix littéraires.

Sylvie DUCAS, La littérature, à quel(s) prix ? Histoire des prix littéraires, La Découverte, Cahiers libres, 2013, 240 p.

Table des matières

Introduction : le prix littéraire, archive maudite de la littérature
De l’archive à l’emblème
L’inflation des prix
Pour une histoire culturelle des prix littéraires
I / Genèse : combattre les industries des lettres à coup de lauriers
De la littérature à l’économie de marché
Pour un droit d’entrée du roman en littérature
Création du prix Goncourt et scénographie auctoriale : pour une machie à défendre l’homme de lettres
II / Autopsie d’un mécénat dévoyé : grandeur et misère de l’auteur primé
Les grandes crises de la consécration littéraire
La consécration d’un chef-d’oeuvre pourtant contesté : Proust
La consécration confisquée : Céline face au premier prix d’éditeur
La consécration forcée : Julien Gracq lauréat malgré lui
Dernier sursaut de l’«Homo Goncourensis» : Hervé Bazin et l’écriture comme métier
III / Babel de labels
Le prix Fémina : entre prescripiton et consommation littéraires, la légitimation littéraire au féminin
Industrie du prestige et éditions dérivées
Irruption des médias dans le champ de la consécration littéraire
Les prix de lecteurs, prix des médias : le sacre du lecteur et l’apologie du « roi lire »
Lutopie du prix Médicis : concilier marchandisation de la littérature et avant-garde littéraire ?
L’auteur, « label rouge » de la littérature
IV / Élites lettrées ou «îles lettrées» ? Reconfiguration de l’expertise littéraire
Autorité académique et critique en crise
Crise de l’autorité du critique littéraire : de Sainte-Beuve à Beigbeder
Crise de l’autorité du consacrant : l’agora contre le prytannée
Le Goncourt des lycéens : faire élire pour faire lire
Prescriptions et professions du livre : pour une librairie « psychopompe » ?
Le prix des Libraires – Prix du roman Fnac et prix Initiales – Le prix Wepler
Les prix pour la jeunesse : des prix anti-mondains au coeur de la médiation culturelle
Les prix des « mauvais genres » ou des médiacultures
Prix littéraires de la blogosphère : réécrire Babel à l’ère numérique ?
V / Quelle littérature ? L’épreuve de la valeur
Littérature de l’auteur consacrant : Octave Mirbeau et les votes de l’« académiette »
Colette et le Goncourt d’après-guerre
Les votes du jury Femina : l’épreuve du jugement au féminin
Dans l’héritage de leurs aînées : les grands prix des lectrices de ELLE
Hervé Bazin et Michel Tournier face à la crise acacémique des années 1970
Conclusion : des jurys antimodernes, qu’ils soient professionnels ou amateurs
VI / L’auteur mis à prix
La définition auctoriale dans le dispositif des prix littéraires
Discours auctorial sur les prix : de la « vocation » à la « carrière » de l’écrivain
Fantasmes et compromis – L’écrivain minuscule
Auteur consacré et labellisé : un déficit d’image ?
Déficit de discours : rétrécissement de la figure auctoriale
Discours de presse – Discours des Nobel français de littérature
Déficit d’Ethos ? Posture et impostures de l’écrivain primé
Sortir de la fabrique ou ne plus en sortir ? Pour une nouvelle éthique de l’écrivain primé
Conclusion : du Panthéon au « vertige de la liste », l’auteur comme réseau
Bibliographie sélective de l’auteure
Notes.

L’acheter en version numérique.

Deux textes soumis

Voici deux textes soumis et en cours d’évaluation. L’un, co-écrit avec Michel, prend place dans le collectif dirigé par le GREMLIN, Imaginaires de la vie littéraire. Fiction, figuration, configuration, et soumis aux Presses universitaires de Rennes. Il s’intitule « “Le lieu géométrique de toutes les agitations” : écrivains fictifs et prix littéraires » et a été bouclé début avril. L’autre, écrit avec Michel et Olivier à partir d’une communication qu’ils avaient donnée lors du colloque “La vie culturelle au Monument National”, organisé par le groupe « Penser l’histoire de la vie culturelle » au Monument National le 11 mai 2009, a été soumis à la suite de l’appel commun “Arts et réseaux” des revues Sociologie de l’art – OPuS et Redes. L’article s’intitule « Instituants et prix culturels, 1919-1939 : histoire culturelle et base de données » et a été envoyé le 13 juin.

Ceci classe donc deux dossiers en cours depuis longtemps (jusqu’au retour des évaluations, évidemment). Prochaine étape : le dossier “sociologie des prix”, à terminer : revoir les bases de données des jurés de prix contemporains, leurs relations et leurs attributs. Et écrire un texte qui tient la route. Pour le 31/10/2011.

Bases de données

À la suite des problèmes de serveurs dont nous avons été victimes il y a quelques mois, les bases de données ont été transférées sur le site de l’Université Laval.

Voici les adresses mises à jour :

L’accès aux deux premières bases est protégé par identifiant/mot de passe (car il est possible de modifier directement les bases). La troisième est en consultation libre, sans possibilité de modification.

Configurations fictionnelles

Pour le livre issu du colloque “L’écrivain fictif en sociétés : pairs, médiateurs, institutions“, qui devrait paraître aux Presses universitaires de Rennes à l’automne, Michel et moi préparons une analyse des romans mettant en fiction des jurés de prix littéraires. Nous nous concentrons sur Le prix Lacombyne de Renée Dunan (1924), l’un des premiers romans (voire peut-être le premier roman) où les prix littéraires assument un rôle de moteur narratif important.

Lors de cette analyse, nous mettons en avant un concept, les configurations fictionnelles, que nous jugeons apte à rendre raison de la série de figurations de prix littéraires et de leur fonctionnement que nous avons pu repérer jusqu’à présent dans les romans du XXe siècle. Si la posture est “la manière dont les écrivains produisent et contrôlent une image d’eux-mêmes”1, la configuration serait une manière de travailler non pas seulement sur « une position », mais sur une pluralité de positions, abordées dans leur interaction, leur dynamique évolutive, en employant pour ce faire les moyens de la fiction, dont ceux du personnel romanesque. Décrire les interactions de différents personnages au sein d’une fiction ayant pour toile de fond le fonctionnement du champ littéraire serait une manière pour les écrivains de produire et contrôler leur représentation du monde littéraire et la transmission de celle-ci. L’analyse de ces configurations offre aux chercheurs soucieux d’inscrire leur travail au sein d’une “science des œuvres” un moyen de penser et d’interpréter la position d’un auteur à travers son texte, en tenant compte bien entendu des multiples médiations entre le champ, l’auteur et le texte2. De la même manière que s’affirment différentes scénographies auctoriales au cours du XIXe siècle3, nous espérons dégager différentes configurations fictionnelles offrant autant de clés de lecture ou d’analyses indigènes du champ littéraire d’une époque.

  1. Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudition, 2007, p. 9. []
  2. À ce sujet, voir notre article, avec le GREMLIN, “Sociocritique, médiations et interdisciplinarité“, Texte, no 45-46, 2009, p. 177-194. []
  3. À ce sujet, voir le livre de José-Luis Diaz, L’Écrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Champion, 2007. En ligne, voir Ruth Amossy et Dominique Maingueneau, « Autour des “scénographies auctoriales” : entretien avec José-Luis Diaz, auteur de L’écrivain imaginaire(2007) », Argumentation et Analyse du Discoursn° 3 | 2009 , mis en ligne le 15 octobre 2009. URL : http://aad.revues.org/index678.html. Consulté le 20 mars 2011. []

Reprise des travaux

Voici un peu moins d’un an que le chantier dont ce carnet rend compte n’a pu réellement évolué. Pour chacun de nous trois, trop d’autres dossiers ouverts à terminer. Il est temps de reprendre le collier.

Trois remarques concernant les publications liées au projet :

  • la publication liquide de PHVC, qui ne contenait qu’un article, celui que nous avions consacré aux prix artistiques de l’entre-deux-guerres, a vécu. Elle n’a pas résisté à un virus qui a mis l’hébergeur du site à genoux. Comme la dynamique de ce projet de publication liquide n’a jamais “pris” au sein du collectif, il a été décidé de ne pas la remettre en ligne. Notre article, retravaillé, va être proposé pour le numéro spécial des revues Redes / Sociologie de l’art – OPuS, consacré aux arts et aux réseaux sociaux. Pour mémoire, je joins à ce billet les fichiers originaux (texte et présentation), qui datent de l’exposé que Michel et Olivier avaient réalisé lors d’une journée d’étude PHVC ;
  • le virus chez l’hébergeur a aussi eu des conséquences sur nos bases de données (réseaux de prix artistiques québécois et discours journalistique). Les adresses d’accès données dans les précédents billets ne sont plus valides pour le moment. Olivier doit encore remettre le tout en ligne ;
  • le premier article scientifique issu du projet a été publié en français dans le numéro 7 de la revue COnTEXTES en mai 2010 (soit quelques jours après le dernier billet de ce carnet…). Une version légèrement différente en néerlandais avait été publié en décembre 2008 dans la revue Freespace Nieuwzuid (qui n’existe plus).

Nouveauté

Un livre à ajouter au corpus des fictions : François Thuret (pseudonyme de Claude Durand), J’aurais voulu être éditeur, postface de Claude Durand, Paris, Albin Michel, 2010, 232 p.

À signaler pour les discours journalistiques (même si, strictement parlant, il sort de notre période) : l’interview du même Claude Durand dans le Figaro.

Constitution de la base de données textuelles

Notre volonté d’analyser le discours journalistique sur les prix littéraires tel qu’il s’est déployé de 1992 à 2008 dans la presse française, belge, suisse et québécoise nous a amené à créer une base de données textuelle qui rassemblera bientôt plusieurs milliers d’articles de périodiques traitant, d’une façon ou d’une autre, de ce phénomène. Celle-ci est maintenant, et ce, depuis le début du mois d’avril 2010, accessible en ligne à l’adresse http://presseprix.phvc.ca. L’interface de ce site permet d’ajouter, de modifier et de supprimer certaines informations concernant les articles qui y sont répertoriés. À chacun de ces articles correspond, en effet, une fiche contenant, en plus du texte de l’article, les champs suivants : Périodique, Date de publication, Section, Page(s), Auteur, Titre, Sous-Titre, Type d’article (éditorial, communiqué, entretien, etc.), Mots-Clés utilisés pour repérer l’article et Commentaires. L’information contenue dans ces différents champs facilitera grandement la constitution de sous-corpus pouvant être analysés avec profit à l’aide du logiciel d’analyse sémantique Tropes.

Nous avons pour l’instant répertorié près de cinq mille documents textuels. Ceux-ci, qui contiennent les mots « prix littéraire » ou « prix littéraires », ont été rassemblés à l’aide de l’outil de recherche bibliographique Eureka.cc1 et sont issus de seize périodiques francophones :

  • Courrier international (France, 2004-2008)
  • La Croix (France, 1995-2008)
  • L’Actualité (Canada, 1992-2008)
  • La Presse (Canada, 1992-2008)
  • Le Devoir (Canada, 1992-2008)
  • Le Figaro (France, 1997-2008)
  • Le Monde (France, 1992-2008)
  • Le Monde Diplomatique (France, 1995-2008)
  • Le Point (France, 1996-2008)
  • Le Soir (Belgique, 2000-2008)
  • Le Soleil (Canada, 1992-2008)
  • Le Temps (Suisse, 1998-2008)
  • L’Express (France, 1993-2008)
  • L’Humanité (France, 1999-2008)
  • Libération (France, 1995-2008)
  • Lire (France, 2002-2008)

L’insertion dans la base de données des articles ciblés implique la récupération des diverses informations nécessaires à la création d’une fiche pour chacun d’entre eux. Compte tenu de l’important volume de documents textuels auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de ce projet de recherche, nous avons, afin d’accélérer ce processus, et ce, avec l’aide de notre collègue Baudouin Stasse, créé une macro Word qui permet de récupérer automatiquement les diverses informations requises et de les transférer dans un tableur Excel dont nous pouvons ensuite nous servir afin d’insérer ces informations dans la base de données.

  1. auquel est abonné l’Université de Montréal []

Bibliographie des fictions sur les prix littéraires

Cette bibliographie reprend les fictions littéraires (principalement des romans) mettant en scène des prix. Elle sera aussi enrichie au fil de la recherche.

  • Renée Dunan, Le prix Lacombyne, Mornay, 1924, illustré par Oberlé
  • J. Jacquin, Aristide ou l’apprenti intellectuel, Le Mercure de Flandre, 1931
  • J.-H. Rosny, Les arrivistes… et les autres, Flammarion, 1934
  • Pierre Gamarra, L’assassin a le prix Goncourt. Messidor La Farandole, 1986
  • Saint-Lorges, Le Prix Goncourt, Monaco, Éditions du Rocher/Jean-Paul Bertrand éditeur, 1993, 163 p.
  • Pascal Lainé, Sacré Goncourt !, Paris, Fayard, 2000
  • Iegor Gran, Le Truoc-nog, POL, 2003
  • Vincent Ravalec et al. Des nouvelles du Prix de Flore, Paris, Flammarion, 2004

Bibliographie critique

Cette bibliographie critique sur les prix est un travail en cours. La catégorie “bibliographie” permettra de regrouper tous les billets du carnet qui la nourrissent.

Livres

  • Ashley Katherine (éd.), Prix Goncourt, 1903-2003 : essais critiques, Oxford/Bern : Peter Lang, Modern French Identities – 23, 2004.
  • Cabanès Jean-Louis, Dufief Pierre-Jean, Kopp Robert, Mollier Jean-Yves (dir.), Les Goncourt dans leur siècle. Un siècle de « Goncourt », éditions du Septentrion, 2005.
  • English James F., The Economy of Prestige : Prizes, Awards and the Circulation of Cultural Value, Cambridge, Harvard University Press, 2005.
  • Hamon Hervé et Rotman Patrick, Les intellocrates. Expédition en haute intelligentsia, Paris, Ramsay, 1981.
  • Heinich Nathalie, L’épreuve de la grandeur. Prix littéraires et reconnaissance, Paris, La Découverte, 1999, « Armillaire ».
  • Grisoni Dominique-Antoine (dir.), Goncourt, Cent ans de littérature, Paris, Noêsis, 2003.
  • Konopnicki Guy, Prix littéraires : la grande magouille, Paris, Éditions Jean-Claude Gawsewitch, 2004, « Coup de gueule ».
  • Yergeau Robert, À tout prix : les prix littéraires au Québec, Montréal, Triptyque, 1994.

Articles

  • de Nooy Wouter (1988). « Gentleman of the Jury… The Features of Experts Awarding Literary Prizes », dans Poetics, 17, p. 531-545.
  • de Nooy Wouter (1989). « Literary Prizes : Their Role in the Making of Children’s Literature », dans Poetics, 18, p. 199-213.
  • de Nooy Wouter (1991). « Social Networks and Classification in Literature », dans Poetics, 20, p. 507-537.
  • de Nooy Wouter (1999). « A Literary Playground : Literary Criticism and Balance Theory », dans Poetics, 26, p. 385-404.
  • de Nooy Wouter (2002). « The Dynamics of Artistic Prestige », dans Poetics, 30, p. 147-167.
  • Ducas Sylvie et Cachin Marie-Françoise, « The Goncourt and the Booker : a tale of two prizes », Logos, vol. 14, no 2, 2003.
  • Ducas Sylvie, « La place marginale des écrivains francophones dans le palmarès des grands prix d’automne », Revue française d’Histoire d’Outre-mers, n°332-333, 2001.
  • Ducas Sylvie, « Prix Femina : la consécration au féminin », Recherches Féministes, vol. 16, no 1, Laval, Canada, 2003.
  • Ducas Sylvie, « Prix Goncourt et reconnaissance littéraire : l’écrivain et ses stratégies d’accès à la consécration », in Mauger Gérard (dir.), Droit(s) d’entrée, IRESCO, CNRS, RSH, 2006.
  • Ducas Sylvie, « Prix littéraires créés par les médias : pour une nouvelle voie d’accès à la consécration littéraire ? Les exemples du Prix du Livre-Inter et du Grand Prix des Lectrices de Elle », Réseaux, Nouvelles voies de la consécration culturelle, Hermes Science Publications, CNET, vol 21, no 117, 2003.
  • Godechot Ol. et Mariot N. (2004). « Les deux formes du capital social. Structure relationnelle des jurys de thèse et recrutement en science politique », dans Revue française de sociologie, 45/2, p. 243-282.

Les prix artistiques québécois de l’entre-deux-guerres

Nous avons déjà pu mettre à l’épreuve l’étude des réseaux de jurés sur un corpus assez différent, constitué à partir de sources multiples et beaucoup moins homogènes que le guide Labès. Il s’agit des prix artistiques québécois de l’entre-deux-guerres.

La base de données des différents jurys de prix est en ligne, mais il faut un identifiant pour se connecter et la consulter1. Les résultats de ce premier travail ont été publiés sur la publication liquide2 du collectif PHVC (Penser l’histoire de la vie culturelle, voir le site du collectif), sous le titre “Instituants et prix culturels, 1919-1939 : histoire culturelle et base de données”.

Ce travail pourrait peut-être bénéficier d’une mise en valeur plus traditionnelle, dans une revue par exemple. Cela demanderait quelques adaptations, mais les résultats étaient intéressants.

  1. Je vais demander à Olivier de créer un compte de visualisation seulement. []
  2. une publication liquide est normalement une publication qui évolue et s’enrichit au fil du temps, sur le modèle de l’encyclopédie collaborative. Cependant, l’adhésion et la participation à ce type de production scientifique nécessite encore du temps et du travail de persuasion auprès des collègues. Étant donné la configuration du champ scientifique, rien ne se fera sans la reconnaissance des autorités finançantes… []

Genèse du projet : des réseaux de jurés

Au commencement de cette recherche, nous souhaitions aborder les réseaux littéraires. Objet en vogue de la sociologie de la littérature, le réseau entre littérateurs reste délicat à approcher pour différentes raisons, en particulier heuristique : comment constituer ces réseaux ? Sur quel type de relation se fonder ? On a pu suggérer de s’intéresser aux correspondances d’écrivains. Néanmoins, celles-ci restent souvent incomplètes, et au-delà de la relation entre un sujet-ego et ses correspondants, on sait généralement peu de choses sur les liens épistolaires entre les correspondants.

Nous avons donc décidé de travailler sur des réseaux d’appartenance. J’ai pu tester l’étude des réseaux d’appartenance ailleurs (voir ici par exemple). Les jurys de prix littéraires nous ont semblé particulièrement pertinents pour mettre cette approche à l’épreuve : corpus délimitable plus ou moins facilement, approche possible en synchronie et en diachronie (évolution des jurys au fil des ans), etc.  Nous disposons aussi d’une source particulièrement utile : les guides des prix littéraires de Bertrand Labès. L’objet semblait donc particulièrement propice.

Le lecteur intéressé trouvera une description légère du projet sur le site de Culture, magazine de l’Université de Liège. Dans le prochain numéro de la revue COnTEXTES, intitulé “Approches de la consécration” et qui devrait sortir en mai, Michel et moi signons une présentation problématisée de cette partie de notre recherche.

Mais rapidement, en lisant la bibliographie sur les prix littéraires (qui sera présentée progressivement dans ce carnet), il nous a semblé que nous limiter à cet aspect des prix littéraires serait trop réducteur. De plus, d’autres aspects (en particulier les discours journalistiques et les représentations romanesques) pouvaient également être approchés à partir d’outils innovants, constituant ainsi de petits laboratoires méthodologiques.

Je présenterai bientôt les deux autres grands axes de cette étude sur les prix. Nous travaillons pour l’instant avec Olivier sur le discours journalistique concernant les prix et en juin aura lieu un colloque organisé par le Gremlin (appel à propositions ici, programme bientôt en ligne) où nous présenterons les premiers résultats du troisième axe, sur les fictions romanesques mettant en scène les prix littéraires.

Présentation : une recherche sur les prix littéraires contemporains

L’objectif du carnet est de rendre compte de l’avancement d’une recherche collaborative en cours sur les prix littéraires francophones contemporains. Cette recherche mobilise trois objets : les réseaux de jurés (de 1992 à 2008), le discours journalistique dans la presse française, belge, suisse et québécoise (même période) et les représentations fictionnelles des prix littéraires dans les romans publiés au xxe siècle. En fonction de ces objets, elle fera appel à différentes méthodes et à des outils variés, notamment à l’analyse structurale des relations sociales, à l’analyse de discours assistée par ordinateur et à la lecture sociocritique de textes.

L’idée est de centraliser sur le carnet les différentes étapes de la recherche, de la constitution et de la description des sources à la production des résultats formatés (traditionnellement : articles, comptes rendus, livre). Nous souhaiterions donner à lire au fil de leur élaboration les analyses produites, en espérant obtenir un retour durant le processus de recherche et pas uniquement lors de son aboutissement.