Reprise des travaux

Voici un peu moins d’un an que le chantier dont ce carnet rend compte n’a pu réellement évolué. Pour chacun de nous trois, trop d’autres dossiers ouverts à terminer. Il est temps de reprendre le collier.

Trois remarques concernant les publications liées au projet :

  • la publication liquide de PHVC, qui ne contenait qu’un article, celui que nous avions consacré aux prix artistiques de l’entre-deux-guerres, a vécu. Elle n’a pas résisté à un virus qui a mis l’hébergeur du site à genoux. Comme la dynamique de ce projet de publication liquide n’a jamais « pris » au sein du collectif, il a été décidé de ne pas la remettre en ligne. Notre article, retravaillé, va être proposé pour le numéro spécial des revues Redes / Sociologie de l’art – OPuS, consacré aux arts et aux réseaux sociaux. Pour mémoire, je joins à ce billet les fichiers originaux (texte et présentation), qui datent de l’exposé que Michel et Olivier avaient réalisé lors d’une journée d’étude PHVC ;
  • le virus chez l’hébergeur a aussi eu des conséquences sur nos bases de données (réseaux de prix artistiques québécois et discours journalistique). Les adresses d’accès données dans les précédents billets ne sont plus valides pour le moment. Olivier doit encore remettre le tout en ligne ;
  • le premier article scientifique issu du projet a été publié en français dans le numéro 7 de la revue COnTEXTES en mai 2010 (soit quelques jours après le dernier billet de ce carnet…). Une version légèrement différente en néerlandais avait été publié en décembre 2008 dans la revue Freespace Nieuwzuid (qui n’existe plus).

Les prix artistiques québécois de l’entre-deux-guerres

Nous avons déjà pu mettre à l’épreuve l’étude des réseaux de jurés sur un corpus assez différent, constitué à partir de sources multiples et beaucoup moins homogènes que le guide Labès. Il s’agit des prix artistiques québécois de l’entre-deux-guerres.

La base de données des différents jurys de prix est en ligne, mais il faut un identifiant pour se connecter et la consulter1. Les résultats de ce premier travail ont été publiés sur la publication liquide2 du collectif PHVC (Penser l’histoire de la vie culturelle, voir le site du collectif), sous le titre « Instituants et prix culturels, 1919-1939 : histoire culturelle et base de données ».

Ce travail pourrait peut-être bénéficier d’une mise en valeur plus traditionnelle, dans une revue par exemple. Cela demanderait quelques adaptations, mais les résultats étaient intéressants.

  1. Je vais demander à Olivier de créer un compte de visualisation seulement. []
  2. une publication liquide est normalement une publication qui évolue et s’enrichit au fil du temps, sur le modèle de l’encyclopédie collaborative. Cependant, l’adhésion et la participation à ce type de production scientifique nécessite encore du temps et du travail de persuasion auprès des collègues. Étant donné la configuration du champ scientifique, rien ne se fera sans la reconnaissance des autorités finançantes… []

Genèse du projet : des réseaux de jurés

Au commencement de cette recherche, nous souhaitions aborder les réseaux littéraires. Objet en vogue de la sociologie de la littérature, le réseau entre littérateurs reste délicat à approcher pour différentes raisons, en particulier heuristique : comment constituer ces réseaux ? Sur quel type de relation se fonder ? On a pu suggérer de s’intéresser aux correspondances d’écrivains. Néanmoins, celles-ci restent souvent incomplètes, et au-delà de la relation entre un sujet-ego et ses correspondants, on sait généralement peu de choses sur les liens épistolaires entre les correspondants.

Nous avons donc décidé de travailler sur des réseaux d’appartenance. J’ai pu tester l’étude des réseaux d’appartenance ailleurs (voir ici par exemple). Les jurys de prix littéraires nous ont semblé particulièrement pertinents pour mettre cette approche à l’épreuve : corpus délimitable plus ou moins facilement, approche possible en synchronie et en diachronie (évolution des jurys au fil des ans), etc.  Nous disposons aussi d’une source particulièrement utile : les guides des prix littéraires de Bertrand Labès. L’objet semblait donc particulièrement propice.

Le lecteur intéressé trouvera une description légère du projet sur le site de Culture, magazine de l’Université de Liège. Dans le prochain numéro de la revue COnTEXTES, intitulé « Approches de la consécration » et qui devrait sortir en mai, Michel et moi signons une présentation problématisée de cette partie de notre recherche.

Mais rapidement, en lisant la bibliographie sur les prix littéraires (qui sera présentée progressivement dans ce carnet), il nous a semblé que nous limiter à cet aspect des prix littéraires serait trop réducteur. De plus, d’autres aspects (en particulier les discours journalistiques et les représentations romanesques) pouvaient également être approchés à partir d’outils innovants, constituant ainsi de petits laboratoires méthodologiques.

Je présenterai bientôt les deux autres grands axes de cette étude sur les prix. Nous travaillons pour l’instant avec Olivier sur le discours journalistique concernant les prix et en juin aura lieu un colloque organisé par le Gremlin (appel à propositions ici, programme bientôt en ligne) où nous présenterons les premiers résultats du troisième axe, sur les fictions romanesques mettant en scène les prix littéraires.

Présentation : une recherche sur les prix littéraires contemporains

L’objectif du carnet est de rendre compte de l’avancement d’une recherche collaborative en cours sur les prix littéraires francophones contemporains. Cette recherche mobilise trois objets : les réseaux de jurés (de 1992 à 2008), le discours journalistique dans la presse française, belge, suisse et québécoise (même période) et les représentations fictionnelles des prix littéraires dans les romans publiés au xxe siècle. En fonction de ces objets, elle fera appel à différentes méthodes et à des outils variés, notamment à l’analyse structurale des relations sociales, à l’analyse de discours assistée par ordinateur et à la lecture sociocritique de textes.

L’idée est de centraliser sur le carnet les différentes étapes de la recherche, de la constitution et de la description des sources à la production des résultats formatés (traditionnellement : articles, comptes rendus, livre). Nous souhaiterions donner à lire au fil de leur élaboration les analyses produites, en espérant obtenir un retour durant le processus de recherche et pas uniquement lors de son aboutissement.